ermite

ermite [ ɛrmit ] n. m.
• 1138; lat. chrét. eremita, gr. erêmitês « qui vit dans la solitude », de erêmos « désert »
1Religieux retiré dans un lieu désert (opposé à cénobite). anachorète, ascète, solitaire. Les ermites de la Thébaïde. Vie d'ermite. érémitique. Loc. Vivre en ermite, comme un ermite, seul et reclus.
2Rare bernard-l'ermite.

ermite nom masculin (latin ecclésiastique eremita, du grec erêmitês, du désert) Solitaire se livrant, dans un lieu désert, à la prière et à la mortification. Nom donné à des religieux qui vivent en communauté, mais isolés dans des cellules. Littéraire. Personne qui vit seule à l'écart du monde.

ermite
n. m.
d1./d Religieux qui vit retiré dans un lieu désert.
d2./d Fig. Personne qui vit seule et retirée. Vivre en ermite.

⇒ERMITE, subst. masc.
A.— RELIG. Religieux retiré, pour un temps limité ou jusqu'à sa mort, dans un lieu désert, pour y mener une vie de piété et de mortification. (Quasi-)synon. anachorète, solitaire; (quasi-)anton. cénobite. Un ermite réfléchit, la tête dans ses deux mains, au fond d'une grotte (HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 84) :
1. L'ermite qui vit au fond du désert n'est pas à ce point retranché du monde, car il ne s'est enfermé dans la solitude que pour prendre sur lui, avec lui, toute la misère des autres, pour avoir la charge des âmes qui s'agitent dans le tumulte : il n'a pas fui la réalité pour qu'elle ne le trouble plus, mais s'y est enfoncé davantage.
MASSIS, Jugements, 1924, p. 200.
[En constr. d'appos. avec valeur d'adj.] Religieux ermite. Il y a eu quelques congrégations de femmes ermites : les hiéronymitines (1375); les sœurs ermites de Saint-Ambroise; les sœurs ermites théatines (1623); les sœurs ermites clarisses ou alcantarines (1631) (Théol. cath. t. 1, 1 1909).
P. ext. Religieux vivant en communauté, mais isolé dans une cellule. Ermites de St Augustin, de St Jérôme, de St Antoine (Lar. encyclop.). Moines bouddhistes ou ermites taoïstes, menaient une vie contemplative dans des monastères situés dans des recoins peu fréquentés et difficiles d'accès de la montagne (Philos., Relig., 1957, p. 5407).
Rem. La docum. atteste le subst. fém., rare, ermitane. La première ermitane de la grotte fut sainte Madeleine (ARÈNE, Calanque, 1896, p. 173).
B.— P. anal.
1. Personne qui vit solitaire, à l'écart du monde. Les paroles de cette femme âgée, frémissante de cette douleur humaine à laquelle sa vie d'ermite intellectuel l'[le savant] avait si peu habitué, touchaient en lui des fibres autres que celles de l'orgueil (BOURGET, Disciple, 1889, p. 59) :
2. Il [Duparc] y est demeuré [à Monein] plusieurs années, fuyant Paris et la gloire, enveloppé de solitude, tout heureux d'avoir rencontré un ermite [Bordeu] de sa sorte dans ce voisin, de race comme lui, qui lui lisait sa prose et qui savait causer.
JAMMES, Mém., 1922, p. 173.
Loc. verbales, fam.
Vivre en ermite/comme un ermite. Vivre dans la solitude. Nous voulions aller vivre comme des ermites dans une solitude rustique (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p. 47). Je m'étais imaginé que tu menais une vie d'ermite (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 102).
Se faire ermite. Vivre dans la solitude; se convertir; revenir de ses égarements. Elle [Madame] s'était donc faite absolument ermite au milieu de la Cour (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 9, 1851-62, p. 68). Proverbe. Quand le diable est vieux, il se fait ermite. ,,Un vieux pécheur se convertit alors que l'âge lui interdit les plaisirs`` (LITTRÉ). Quand l'âge vient, le diable se fait ermite et se remémore les folies de sa jeunesse; mais tant qu'il agit, il réfléchit peu (MAURIAC, Journal occup., 1944, p. 327). [P. allus. à ce proverbe] Le diable fait ermite peut avoir des retours terribles. Le certain est que jusqu'à la mort, le poète [Racine] ne put retenir sa malice (MAURIAC, Vie Racine, 1928, p. 210). — Votre héros (...) est un diable qui se fait ermite. Il escompte d'avance les petits bénéfices de sa conversion (GRACQ, Beau tén., 1945, p. 149).
2. Arg., lang. pop. Ermite. ,,Voleur des grands chemins. Ainsi nommé parce qu'il opère généralement seul. On dit aussi un solitaire`` (Ch. VIRMAITRE, Dict. arg. fin. de s., 1894, p. 105).
Rem. La docum. atteste a) Érémitique, adj. ) Relig. Qui se rapporte, qui convient aux ermites. Dans les longues disettes de son château de la faim, il s'était de longue main rompu aux abstinences érémitiques (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 63). Le passage de la vie pratique à la vie mystique, de la vie privée à la vie publique, de la vie sociale à la vie érémitique (GRACQ, Beau tén., 1945, p. 143). ) P. anal. Ascétique, solitaire. Cette vie érémitique qui obligeait une malheureuse mourant de soif à hausser la tête, à se tendre toute vers le rafraîchissement éternel (MAURIAC, Baiser Lépreux, 1922, p. 212). b) Érémitisme, subst. masc. Mode de vie propre aux ermites. L'historien de l'érémitisme découvre avec étonnement que la fuite au désert ne sépare pas l'homme de la société : devant Dieu, le contemplatif assume toute l'humanité (MARROU, Connaiss. hist., 1954, p. 34).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1762-1932. Ds Ac. 1835, on admet également hermite, graph. faussement étymol. Cf. BESCH. 1845 et LITTRÉ : ,,doit s'écrire sans h, parce que le grec a l'esprit doux``. FÉR. Crit. t. 2 1787 juge qu'elle est la plus commune alors que le reste des dict. gén. qui l'enregistrent, la considèrent gén. comme vieillie. Cf. Lar. 19e-Lar. 20e. Étymol. et Hist. Ca 1120 ermite (S. Brendan, éd. E. G. R. Waters, 75). Empr. au lat. chrét. eremita « ermite », gr. « du désert ». Fréq. abs. littér. :673. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 2 063, b) 793; XXe s. : a) 367, b) 455.

ermite [ɛʀmit] n. m.
ÉTYM. XIIIe; hermite, v. 1120; lat. ecclés. eremita, grec erêmitês « qui vit dans la solitude », de erêmos « désert ».
1 Religieux retiré dans un lieu désert pour s'y livrer à des exercices de piété (opposé à cénobite). Anachorète, ascète, solitaire. || Les ermites de la Thébaïde. || Vie d'ermite. Érémitique.
1 C'est dans la Thébaïde, au haut d'une montagne (…) La cabane de l'Ermite occupe le fond. Elle est faite de boue et de roseaux, à toit plat, sans porte. On distingue dans l'intérieur une cruche avec un pain noir (…)
Flaubert, la Tentation de Saint Antoine, I, p. 1.
2 C'était un vieillard en froc de bure, avec un chapelet au côté, une besace sur l'épaule, toute l'apparence d'un ermite.
Flaubert, Trois contes, « Légende de saint Julien l'Hospitalier », I.
3 Quiconque aspirait à une grande action sur le peuple devait imiter Élie, et, comme la vie solitaire avait été le trait essentiel de ce prophète, on s'habitua à envisager « l'homme de Dieu » comme un ermite.
Renan, Vie de Jésus, V, p. 50.
4 C'était (Jean-Baptiste) une sorte d'ermite sauvage, vêtu de poil de chèvre, accoutumé aux plus dures ascèses.
Daniel-Rops, le Peuple de la Bible, III, 3, p. 233.
(1690). Religieux faisant partie d'un ordre d'ermites. || Communautés d'ermites vivant chacun isolé dans sa cellule. || Ermite de Saint-Augustin ( Augustin), de Saint-Jérôme ( Hiéronymite).
Loc. Vivre en ermite, comme un ermite, seul, isolé de la société. aussi Cénobite (→ Courbette, cit. 4).
5 Je viens de passer une bonne semaine seul comme un ermite et tranquille comme un dieu.
Flaubert, Correspondance, III, p. 5.
Prov. Quand le diable (cit. 11 et supra) devient vieux, il se fait ermite.
2 Rare. || Ermite ou hermite. Bernard-l'hermite, pagure.
DÉR. Ermitage.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ermite — ou hermite (èr mi t ) s. m. 1°   Solitaire retiré dans un lieu désert, où il se livre à des exercices de piété. Les ermites de la Thébaïde.    Familièrement. Vivre comme un ermite, vivre seul, loin du monde.    Par plaisanterie, pâtés d ermite,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Ermite — Pour les articles homonymes, voir Ermite (homonymie). L ermite ou l anachorète est une personne (le plus souvent un moine) qui a fait le choix d une vie spirituelle dans la solitude et le recueillement. Les ermites étaient à l origine appelés… …   Wikipédia en Français

  • ERMITE — ou *HERMITE. s. m. Solitaire qui vit retiré dans un lieu désert, pour s y livrer à des exercices de piété. Saint Paul, premier ermite. Les ermites de la Thébaïde. Un vieil ermite. Un saint ermite. Il y a des ermites qui vivent en communauté.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ERMITE — n. m. Solitaire qui vit retiré dans un lieu désert, pour s’y livrer à des exercices de piété. Saint Paul, premier ermite. Les ermites de la Thébaïde. Fig., Vivre en ermite, Mener une vie fort retirée et fuir le monde. Prov., Quand le diable est… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ermite — kolibriai atsiskyrėliai statusas T sritis zoologija | vardynas atitikmenys: lot. Glaucis angl. hermit vok. Eremit, m rus. колибри отшельник, m pranc. ermite, m ryšiai: platesnis terminas – saulėtieji kolibriai siauresnis terminas – aštriasnapis… …   Paukščių pavadinimų žodynas

  • ermite — nm. ARMITO (Albanais.001b, Giettaz), èrmito (001a, Saxel) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ermite — ermit(e, ermitage obs. ff. hermit, age …   Useful english dictionary

  • Ermite (Oiseau) — Pour les articles homonymes, voir Ermite (homonymie). Nom vernaculaire ou nom normalisé ambigu : Le terme « Ermite » s applique, en français, à plusieurs taxons distincts …   Wikipédia en Français

  • Ermite (Homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour l’article homophone, voir Hermite. L ermite choisit de vivre dans la solitude. Les ermites sont des colibris de la sous famille des …   Wikipédia en Français

  • Ermite (oiseau) — Pour les articles homonymes, voir Ermite (homonymie). Nom vernaculaire ou nom normalisé ambigu : Le terme « Ermite » s applique en français à plusieurs taxons distincts …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.